Accueil  >  Bac Pro / BMA > Forme et modalités de l’évaluation en Brevet des Métiers d’Art (BMA)

Rubrique BMA

Forme et modalités de l’évaluation en Brevet des Métiers d’Art (BMA)

Le 25 janvier 2006 - Michel Corlin

 

Bulletin Officiel 
de l’Education Nationale
 
 

N°25 du 24 juin 1999

BREVET DES MÉTIERS D’ART
Programmes de français et d’histoire-géographie des brevets des métiers d’art
NOR : MENE9901077A
RLR : 545-3a
ARRÊTÉ DU 20-5-1999
JO DU 29-5-1999
MEN
DESCO A6


Vu D. n° 92-692 du 20-7-1992 ; A. du 20-8-1992 mod. ; Arrétés du 20-8-1992 mod. ; A. du 19-3-1993 mod. ; A. du 2-7-1993 mod. ; A. du 5-8-1993 mod. ; A. du 13-7-1994 mod. ; A. du 28-7-1994 mod. ; A. du 3-8-1995 mod.


Article 1 -
Les programmes de français et d’histoire géographie applicables dans les sections préparant aux brevets des métiers d’art susvisés sont définis en annexe I au présent arrêté.
Article 2 -
Le règlement d’examen et la définition des épreuves de français et d’histoire géographie des brevets des métiers d’art susvisés sont modifiés, à compter de la session 2000, conformément à l’annexe II du présent arrêté.
Article 3 -
Toutes dispositions contraires au présent arrêté sont abrogées.
Article 4 -
Le directeur de l’enseignement scolaire et les recteurs sont chargés chacun en ce qui le concerne de l’exécution du présent arrêté qui sera publié au Journal officiel de la République française.
 

Fait à Paris, le 20 mai 1999

Pour le ministre de l’éducation nationale, de la recherche et e la technologie
et par délégation,

Le directeur de l’enseignement scolaire
Bernard TOULEMONDE


L’arrêté, l’annexe I (non publiée ci-dessous) et l’annexe II sont diffusés par le CNDP, les CRDP et les CDDP.
 
 

 


Annexe II


RÈGLEMENT D’EXAMEN


NATURE DES ÉPREUVES  FORME COEF. DURÉE
DOMAINE A2 
E4 - Épreuve de français - histoire-géographie
     
Sous-épreuve : français écrite 1,5 2h30
Sous-épreuve : histoire-géographie écrite 1,5 2h

DÉFINITION DES ÉPREUVES D’EXAMEN

Domaine A2

E4 FRANÇAIS, HISTOIRE-GÉOGRAPHIE
L’épreuve de français et d’histoire-géographie est organisée en deux sous-épreuves séparées dans leur déroulement : une sous-épreuve de français et une sous-épreuve d’histoire-géographie. L’épreuve est affectée du coefficient 3.
I - Sous-épreuve :
français, écrite, durée 2h30, coefficient 1,5
L’évaluation comporte deux parties :
- une première partie, notée sur 8 à 12 points, évalue les capacités de compréhension,
- une deuxième partie, notée sur 8 à 12 points, évalue les capacités d’expression.
Le nombre de points attribués à chacune des parties de l’épreuve est indiqué dans le sujet. Dans tous les cas, la note globale est attribuée sur 20 points.
L’évaluation s’appuie sur un ou plusieurs textes ou documents (textes littéraires, textes argumentatifs, textes d’information, essais, articles de presse, documents iconographiques).
Dans la première partie, deux ou trois questions permettent de vérifier la capacité du candidat de comprendre le sens global des documents, d’en dégager la construction, d’en caractériser la visée, le ton, l’écriture...
La seconde partie permet d’évaluer la capacité du candidat d’exposer un point de vue ou d’argumenter une opinion. Le type d’écrit attendu s’inscrit dans une situation de communication précisée par l’énoncé (lettre, synthèse rédigée, article...). Le sujet précise la longueur du texte à rédiger.
II - Sous-épreuve :
histoire-géographie, écrite, durée 2h, coefficient 1,5
Cette sous-épreuve porte sur le programme de la deuxième année, sur un thème précis et les notions qui lui sont associées.
Le candidat a le choix entre deux sujets. Il doit faire la preuve de ses capacités de comprendre et d’analyser une situation historique ou géographique en s’appuyant sur l’étude d’un dossier de trois à cinq documents de nature variée.
Il répond à une série de questions qui visent à évaluer ses compétences à :
- repérer et relever des informations dans une documentation,
- établir des relations entre les documents,
- utiliser des connaissances sur le programme.
Ces questions, qui ne peuvent se réduire à une demande de définitions, permettent au candidat de faire la preuve qu’il maîtrise les méthodes d’analyse des documents et qu’il sait en tirer parti pour comprendre une situation historique ou géographique.
Il élabore ensuite une courte synthèse intégrant les éléments apportés par le dossier et ses connaissances.
Les documents constituent un ensemble cohérent qui permet une véritable mise en relation. La cohérence réside dans la situation envisagée et la (ou les) notion(s) qui s’y rapporte(ent).
La synthèse consiste en un texte rédigé qui peut être accompagné par une carte, un croquis ou un schéma à l’initiative du candidat ou en réponse à une question expressément formulée.

 

Restez informé