search

Accueil > Veille pédagogique > Concours pour les élèves > Concours national de la résistance et de la déportation - édition (...)

Concours national de la résistance et de la déportation - édition 2006-2007

mercredi 3 mai 2006, par Sylvain Pérot

Créé en 1961 par le ministre de l’éducation nationale à la suite d’initiatives d’associations et particulièrement de la Confédération Nationale des Combattants Volontaires de la Résistance (CNCVR), ce concours a pour objectif de perpétuer chez les jeunes Français le souvenir des crimes nazis et des sacrifices consentis pour le rétablissement de la légalité républicaine. Il leur donne l’occasion de rencontrer directement les acteurs de ces événements et d’établir à ce titre un lien tangible entre les générations.
Pour le concours de 2007, le jury national propose pour les classes de lycée d’enseignement général, technologique, professionnel, agricole et pour toutes les classes de troisième le thème suivant :

"Le travail dans l’univers concentrationnaire nazi".

Le thème proposé par le jury national s’applique, en l’état, aux épreuves collectives. En ce qui concerne les épreuves individuelles, ce sont les jurys départementaux qui conçoivent des sujets en rapport étroit avec le thème général.
Pour tenir compte de l’évolution des épreuves d’histoire, de géographie et d’éducation civique aux divers examens de l’enseignement secondaire, les sujets départementaux devront proposer soit une composition, soit une étude de documents donnant lieu à des questions et à la rédaction d’un texte argumenté.

Règlement du concours national de la résistance et de la déportation - année scolaire 2006-2007
1. Les établissements pouvant participer au concours
Le concours est ouvert aux élèves des établissements publics et privés sous contrat ainsi qu’aux élèves des établissements d’enseignement agricole, des établissements relevant du ministère de la défense et des établissements français à l’étranger.
2. Catégories de participation
Le concours comporte quatre catégories de participation :
- première catégorie : classes de tous les lycées. Réalisation d’un devoir individuel en classe - durée : 3 h 30 ;
- deuxième catégorie : classes de tous les lycées. Réalisation d’un travail collectif portant sur le thème énoncé ci-dessus ;
- troisième catégorie : classes de troisième. Rédaction d’un devoir individuel en classe - durée : 2 h 30 ;
- quatrième catégorie : classes de troisième. Réalisation d’un travail collectif portant sur le thème énoncé ci-dessus.
Pour les deuxième et quatrième catégories, le jury national ne retiendra que des travaux produits par deux élèves au minimum.
3. Conditions de réalisation
Les épreuves des première et troisième catégories doivent être réalisées en classe, sous surveillance, dans les temps indiqués ci-dessus. Les candidats ne disposent d’aucun document personnel pendant la composition. Ces épreuves individuelles doivent être réalisées sur des supports garantissant l’anonymat des candidats lors de l’évaluation des copies au niveau départemental.
Les établissements français de l’étranger, pour les sujets des devoirs individuels seulement, sont rattachés à l’Inspection académique dont ils dépendent pour le baccalauréat s’agissant des lycées, et pour le diplôme national du brevet (DNB) s’agissant des collèges.
Afin de permettre aux candidats de concourir dans des conditions identiques, les Inspecteurs d’académie, directeurs des services départementaux de l’éducation nationale s’assureront que les sujets choisis par les jurys départementaux à partir du thème national restent confidentiels jusqu’à la date de l’épreuve. À leur initiative, plusieurs sujets pourront être retenus, à une date proche de celle de l’épreuve, l’un d’eux étant tiré au sort.
Il est recommandé aux enseignants d’aider leurs élèves à préparer l’épreuve, qu’elle soit individuelle ou collective.
Les travaux collectifs peuvent être conçus dès le premier trimestre. Les candidats peuvent avoir recours à différents supports : mémoire sous forme de dossier, de cassette vidéo VHS, de cassette audio, de cédérom, d’un site Internet, etc. Pour des raisons techniques (fragilité, sécurité...), les travaux collectifs doivent obligatoirement ne pas dépasser le format A3. Les panneaux d’exposition présentant une surface supérieure à ce format ne seront pas examinés par le jury national.
Il convient en particulier de privilégier les démarches personnelles de recherche de témoignages, notamment auprès d’anciens résistants et déportés et dans les archives départementales.
Les jurys départementaux peuvent fixer une limite de durée aux enregistrements produits.
4. Envoi des travaux
La date des épreuves du concours national de la résistance et de la déportation pour l’année scolaire 2006-2007 a été fixée au vendredi 23 mars 2007, pour les devoirs individuels.
Les copies individuelles et les travaux collectifs des établissements de France, métropole et DOM-TOM, sur lesquels seront clairement indiqués le nom, le prénom, la classe ainsi que l’établissement des candidats, seront adressés par l’établissement scolaire à l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale,
le vendredi 30 mars 2007 au plus tard.
Les établissements français de l’étranger adresseront directement leurs copies individuelles et leurs travaux collectifs au ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, le vendredi 30 mars 2007 au plus tard. Ces travaux devront également comporter le nom, le prénom, la classe des candidats, ainsi que le nom et l’adresse de l’établissement.
5. Prix départementaux
Les jurys départementaux, composés conformément à l’article 2 de l’arrêté cité en référence, peuvent désigner des lauréats départementaux qui reçoivent leurs prix lors d’une cérémonie organisée au chef-lieu du département le 9 mai 2007, ou à une date voisine.
En outre, les jurys départementaux désignent le meilleur travail à l’intention du jury national pour chacune des quatre catégories. Dans chacune des quatre catégories,
une production et une seule, par jury départemental, sera adressée au ministère, ce qui équivaut à quatre travaux d’élèves au maximum.
Les inspecteurs d’académie, directeurs des services départementaux de l’éducation nationale envoient au plus tard le lundi 21 mai 2007 les copies et les travaux collectifs ainsi sélectionnés au ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, direction de l’enseignement scolaire, DESCO A9, "Concours national de la Résistance et de la déportation", 110, rue de Grenelle, 75357 Paris 07 SP.
À chacune des copies individuelles sélectionnées,
sera obligatoirement annexé le sujet proposé par le jury départemental. En outre, les travaux expédiés seront accompagnés du palmarès départemental et du tableau d’informations statistiques dont le modèle est joint en annexe. Au cas où aucun travail n’aurait été sélectionné par le jury départemental, les sujets départementaux et le tableau de participation devront néanmoins être adressés au ministère.
Les jurys départementaux veilleront tout particulièrement à la régularité des conditions de déroulement des travaux. Ils sélectionneront, à l’intention du jury national, la meilleure réalisation de chaque catégorie. Le jury départemental est souverain pour prendre toute décision quant aux résultats relatifs au palmarès départemental.
6. Jury national
Le jury national examine les travaux sélectionnés pendant l’été et établit le palmarès au cours du premier trimestre de l’année scolaire suivante.
Il décerne quatre prix et quatre mentions pour la première catégorie, quatre prix, quatre mentions pour la deuxième catégorie, quatre prix, quatre mentions pour la troisième catégorie et quatre prix et quatre mentions pour la quatrième catégorie. Le jury national décide souverainement des résultats du palmarès national.
Seuls les lauréats distingués par un prix participent à la cérémonie officielle de remise des prix par le ministre. Les candidats retenus pour une mention ne sont pas conviés à cette cérémonie.
7. Remise des prix nationaux
Les prix nationaux sont remis par le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, le ministre de la défense, le ministre délégué aux anciens combattants, ou leurs représentants, au cours d’une cérémonie officielle à Paris dont les modalités d’organisation sont précisées ultérieurement aux chefs des établissements concernés. Les lauréats au titre des épreuves individuelles sont accompagnés par les professeurs d’histoire. Les lauréats au titre des travaux collectifs sont représentés par quatre élèves au maximum, désignés par leurs camarades, accompagnés par le professeur qui a dirigé leurs travaux.
8. Retour des travaux
Tous les travaux sont retournés aux inspections académiques après la cérémonie nationale de remise des prix.
Les inspecteurs d’académie, directeurs des services départementaux de l’éducation nationale se chargeront, en liaison avec les associations locales, de la mise en valeur des travaux auprès des musées, des bibliothèques, des mairies, etc.
Le fait de participer à ce concours vaut cession, à titre gratuit et pour toute la durée de la propriété littéraire et artistique, de la part des candidats ou de leurs représentants légaux, du droit de reproduction des œuvres réalisées au profit du ministère de l’éducation nationale, qui pourra publier ou autoriser la publication des œuvres primées (livre, revue, presse, affiche, site Internet, cédérom, support audiovisuel). Les œuvres réalisées et présentées par une classe sont des œuvres collectives qui appartiennent à l’établissement. Ce dernier s’engage à en céder les droits de reproduction conformément aux dispositions énoncées ci-dessus.
La participation à ce concours implique l’acceptation du présent règlement.

Pour le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche
et par délégation,
Le directeur de l’enseignement scolaire
Roland DEBBASCH

Contact : eric.ayivi@education.gouv.fr


Voir en ligne : BO n°17 du 27 avril 2006