search

Accueil > 3e PEP > Archives > Évaluation de l’histoire des arts pour le diplôme national du (...)

Évaluation de l’histoire des arts pour le diplôme national du brevet

jeudi 19 novembre 2009, par Sylvain Pérot

Bulletin officiel n°40 du 29 octobre 2009

Évaluation de l’histoire des arts pour le diplôme national du brevet
NOR : MENE0900818N
RLR : 541-1a
note de service n° 2009-148 du 13-7-2009
MEN - DGESCO A 1-2


Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs
des services départementaux de l’Éducation nationale ; aux principales et principaux de collège ; aux proviseures et
proviseurs de lycée professionnel


L’enseignement de l’histoire des arts a été introduit à l’école à la rentrée 2008 et au collège à la rentrée 2009 (cf. arrêté
du 11 juillet 2008 publié au B.O. n° 32 du 28 août 2008). Il a été décidé de l’évaluer dans le cadre du diplôme national
du brevet : l’arrêté du 9 juillet 2009 publié au J.O. n° 170 du 25 juillet 2009 instaure un oral d’histoire des arts comme
composante de l’évaluation du diplôme national du brevet.
Chaque établissement dispose d’une grande liberté pour construire le(s) projet(s) d’enseignement de l’histoire des
arts, dans le respect des contraintes fixées réglementairement : domaines artistiques, thématiques, périodes
historiques propres à chaque niveau.
La conception de ce(s) projet(s) dépend autant des ressources offertes par le patrimoine artistique local que des
projets des professeurs des différentes disciplines, spécifiques à chaque établissement.

Fondements de l’évaluation

L’évaluation de l’histoire des arts permet de vérifier les connaissances et les capacités acquises par l’élève.

Les connaissances
En relation avec les thématiques étudiées pendant l’année de troisième, l’élève maîtrise :
- la connaissance d’oeuvres appartenant aux grands domaines artistiques ;
- des repères historiques, géographiques et culturels lui permettant de situer les oeuvres dans le temps et l’espace ;
- des éléments de vocabulaire spécifique aux grands domaines artistiques ;
- des notions de base sur les techniques de production des oeuvres.

Les capacités
Sur la base de ces connaissances, l’élève est capable :
- de situer des oeuvres dans le temps et dans l’espace ;
- d’identifier les éléments constitutifs de l’oeuvre d’art (ses formes, les techniques de production, ses significations, ses
usages, etc.) ;
- de discerner entre les critères subjectifs et objectifs de l’analyse ;
- d’effectuer des rapprochements entre des oeuvres à partir de critères précis (lieu, genre, forme, thème, etc.).

Définition de l’évaluation pour les candidats au diplôme national du brevet (D.N.B.) scolarisés en collège et en lycée professionnel

L’évaluation de l’histoire des arts prend appui sur un travail à dimension historique, artistique et culturelle défini et
organisé par l’équipe enseignante en conformité avec l’esprit de l’enseignement de l’histoire des arts. Toutes les
disciplines, mais en premier lieu celles constitutives de la culture humaniste, y contribuent et visent à développer la
curiosité et la créativité artistiques des élèves, à aiguiser leurs capacités d’analyse d’une oeuvre d’art, à les aider à se
construire une culture personnelle et à prendre conscience des métiers et des formations liés à ces pratiques
artistiques et culturelles. Ce travail porte sur la période historique inscrite au programme d’histoire de troisième. Ce
cadre chronologique doit prendre en compte les ruptures ou les dialogues que les oeuvres de cette époque
provoquent avec les mouvements artistiques précédents ou contemporains.
L’évaluation, organisée dans l’établissement, prend la forme d’un oral dont la durée est de quinze minutes maximum.
Ses modalités sont définies par l’équipe pédagogique. Elles sont fonction du contexte de chaque établissement et des
choix pédagogiques qui y sont exercés.
L’évaluation est organisée sous l’autorité du chef d’établissement dans le cadre de l’emploi du temps des élèves au
sein d’une séquence pédagogique menée par un des professeurs associés à l’enseignement de l’histoire des arts.
Elle s’effectue au moment jugé opportun par les professeurs concernés et prend la forme d’un entretien oral mené par
un binôme de professeurs comportant au moins un professeur d’un enseignement artistique ou d’histoire.
Les modalités de cette évaluation peuvent être diverses. Elles dépendent des démarches pédagogiques adoptées par
les professeurs.

L’entretien oral peut :
- concerner un ou plusieurs élèves ;
- porter sur tout objet d’étude abordé durant l’année (par exemple : une ou plusieurs oeuvres d’art du patrimoine
national ou mondial, le travail d’un artiste dont l’oeuvre fait partie du patrimoine national ou mondial, un mouvement
artistique, un élément du patrimoine local, une manifestation artistique ou culturelle, etc.) ;
- s’appuyer sur un ou plusieurs document(s) proposé(s) par les examinateurs ou bien sur une réalisation (personnelle
ou collective) effectuée en classe dans le cadre de l’enseignement de l’histoire des arts (dossier, diaporama, D.V.D.,
dessins, schémas, exposition, création…).
L’évaluation donne lieu à une note sur 20 points, affectée d’un coefficient 2. Ces points sont pris en compte pour
l’attribution du diplôme et d’une mention, selon le décompte des points obtenus par le candidat, tel qu’il est fixé par
l’article 2 de l’arrêté du 9 juillet 2009 publié au J.O. n° 170 du 25 juillet 2009.

Définition de l’évaluation pour les candidats au D.N.B. individuels ou scolarisés au CNED


L’évaluation de l’histoire des arts prend la forme d’une épreuve écrite de trente minutes. Elle prend appui sur un
document (visuel, textuel ou sonore) en référence à la période historique inscrite au programme d’histoire de
troisième. Le candidat répond, par écrit, à des questions visant à analyser et commenter l’oeuvre présentée.

Dispositions particulières prévues pour la session 2010


L’enseignement de l’histoire des arts est obligatoire pour tous les niveaux (6ème, 5ème, 4ème, 3ème) à la rentrée 2009.
Pour la session 2010 du diplôme national du brevet, l’oral d’évaluation fait l’objet d’une expérimentation dans tous les collèges
et les lycées professionnels préparant au diplôme national du brevet. Les candidats au diplôme national du brevet
peuvent demander à présenter cet oral au titre de l’enseignement optionnel mentionné à l’article 4 de l’arrêté du 18
août 1999. Ainsi les points au-dessus de la moyenne de 10 sur 20 sont alors pris en compte pour l’attribution du brevet.

Accompagnement des équipes

En septembre 2009, une action du programme national de pilotage a initié les formations à mettre en place. En 2009-2010
elles seront déclinées pour chaque académie selon des modalités qui vous seront précisées ultérieurement.
Des outils mis en ligne sur le site Éduscol, préparés par l’inspection générale de l’Éducation nationale en coordination
avec les partenaires délégués par le ministère de la Culture, viendront compléter l’information des enseignants.

Pour le ministre de l’Éducation nationale, porte-parole du Gouvernement
et par délégation,
Le directeur général de l’enseignement scolaire
Jean-Louis Nembrini