Accueil  >  Bac Pro / BMA > Épreuve d’histoire-géographie et éducation civique - diplôme intermédiaire BEP ÉLÉMENTS DE BILAN DE LA SESSION 2012 - Académie de Dijon

Rubrique Diplôme intermédiaire du BEP

Épreuve d’histoire-géographie et éducation civique - diplôme intermédiaire BEP ÉLÉMENTS DE BILAN DE LA SESSION 2012 - Académie de Dijon

Le 25 septembre 2012 - Sylvain Pérot

Les éléments de bilan qui suivent ont été recueillis :

  • ­sur le plan quantitatif, à partir des éléments statistiques fournis par la DEC (extractions du logiciel OCEAN) et d’une fiche d’enquête renseignée par chacun des correcteurs des quatre centres départementaux de correction (échantillon des 10 premières copies corrigées) ;
  • ­sur le plan qualitatif (remarques sur les sujets, traits dominants relevés dans les copies des candidats), à partir des notes de synthèses rédigées par les professeurs coordonnateurs de chacun des quatre centres départementaux de correction à partir des remarques écrites de leurs collègues.

Analyse quantitative

Tableau 1 : moyennes départementales et académique

DéparementCôte d’Or (21)Saône-et-Loire (71)Nièvre (58)Yonne (89)4303
Nombre de candidats au Bac Pro 1444 1479 511 858 9,32
Moyenne / 20
statistiques académiques (extraction du logiciel Océan)
9,37 9,44 10,41 8,33 9,32
Moyenne / 20
Echantillon des 10 premières copies corrigées
9,72
(410 copies)
9,81
(430 copies)
10,62
(150 copies)
9,12
(250 copies)
Echantillon de 1240 copies

1) Globalement, la moyenne obtenue par l’ensemble des candidats sur l’académie pour le BEP rénové est de 9,94 (9,25 en 2011).

2) Les résultats sont meilleurs en 2012 qu’en 2011. Trois départements (21, 71, 89) voient leur moyenne augmenter légèrement (respectivement + 0,34, + 0,49 et + 0,59 points), le quatrième (58) présentant une hausse très sensible (+ 2,47 points).


Tableau 2 : moyennes par questions et par situations

(toutes les questions sont notées sur 4 points)

DépartementQ 1Q 2Q 3Q 4Q 5
21 Moyenne /question 2,38 1,49 2,46 2,27 1,49
21 Moyenne /situation s1 : 1,27 s2 : 1,63 s3 : 1,66 s1 : 2,03 s2 : 2,55 s3 : 2,76
21 % de non réponses 18,3 4,6
58 Moyenne /question 2,75 1,9 2,9 2,7 1,9
58 Moyenne /situation s1 : 1,65 s2 : 2,03 s3 : 2,3 s1 : 2,84 s2 : 2,41 s3 : 2,53
58 % de non réponses 16,7 8,9
71 Moyenne /question 2,39 1,29 2,3 2,3 1,29
71 Moyenne /situation s1 : 1,09 s2 : 1,46 s3 : 1,37 s1 : 2,04 s2 : 2,84 s3 : 2,68
71 % de non réponses 19,6 6,9
89 Moyenne /question 2,43 1,25 2,39 1,93 1,4
89 Moyenne /situation s1 : 0,85 s2 : 1,53 s3 : 1,44 s1 : 1,90 s2 : 2,06 s3 : 1,87
89 % de non réponses 9,6 2,9

3) Au sein de l’échantillon recueilli dans les centres d’examen, les résultats aux questions d’évaluation des connaissances en histoire et en géographie (1 et 3) dépassent la moyenne dans les quatre départements, ce qui est plutôt encourageant.

4) Un « effet questions » évident :
a. La question 2, relative aux situations du thème consacré à « La Ve République, une république d’un nouveau type ? », a mis les élèves en échec. Seules les situations 2 et 3, dans la Nièvre uniquement, permettent un léger dépassement de la moyenne. De plus, on note un fort pourcentage de non-réponses (de 16,7% à 19,6%) dans les quatre départements : de la difficulté à l’incapacité de répondre.

b. La question 4 de géographie portant sur les situations du thème « Acteurs, flux, réseaux de la mondialisation » a été plus favorable, en moyenne aux candidats. Les pourcentages de non-réponses, beaucoup plus faibles qu’à la question 2, se situent entre 2,9 et 8,9%.

c. Les candidats, en moyenne, n’ont pas répondu correctement à la question 5 d’éducation civique sur « La constitution et l’exercice des pouvoirs » : les notes se situent, en moyenne, entre 1,4 et 1,9 points.

Analyse qualitative

Les éléments suivants ont été relevés par les coordonnateurs :
1) Les candidats ont préparé sérieusement l’examen dans sa forme : très peu d’erreurs en termes de choix ; la présentation du sujet est claire, toujours jugée complexe par quelques examinateurs ;

2) Les professeurs saluent le retour de questions de connaissances qui récompensent les candidats sérieux, ayant fait l’effort de travailler durant l’année et de réviser leurs cours, même si un petit nombre de correcteurs, paradoxalement, trouvent les sujets trop faciles (ce qui ne se vérifie pas à l’épreuve des moyennes départementales et académique…), donc dévalorisants pour nos disciplines.

3) Le choix inégal à l’intérieur d’une même partie (questions 2 et 4), souligné en 2011, n’a pas fait l’objet de commentaires. En revanche, de nombreux correcteurs signalent un sujet de géographie sur les migrations internationales et leurs effets particulièrement maladroit car ouvrant la voie à certains discours xénophobes. Par ailleurs, plusieurs collègues déplorent des formulations trop imprécises appelant des interprétations différentes chez les candidats. Enfin, un tableau à remplir en guise de réponse n’a pas été jugé digne d’une épreuve d’examen (exigence de rédaction des réponses et de construction d’un raisonnement historique ou géographique par les candidats).

En conclusion

-  Une épreuve d’HGEC dont les résultats sont en augmentation, mais toujours très sélective ;
-  Une organisation du sujet en cinq parties qui favorise la segmentation des points (problème du barème perçu comme régressif par les correcteurs)
-  Des sujets complexes dans leur forme, mais qui n’ont pas gêné outre mesure les candidats ;
-  Un retour des questions de connaissances encore problématique pour les candidats (et les professeurs) ;
-  Des parties 2 et 4 d’un niveau inégal (questions d’histoire plus difficiles qu’en géographie), mais homogènes (mêmes types de question pour les trois situations) ;
-  Comme en 2011, une question d’éducation civique qui fait perdre des points à une grande majorité des candidats ;
-  Une attention particulière à porter au questionnement : la formulation ne doit prêter à aucune ambiguïté, y compris sur le fond, et le niveau d’attente doit être précisés plus avant dans les pistes de correction.

**Des questions

-  Les constats effectués proviennent-ils des sujets eux-mêmes ou de la formation dispensée durant l’année ? En histoire et en géographie ? En éducation civique (deuxième année consécutive de résultats très insuffisants dans cette matière) ?
-  Comment faire (ré)apprendre l’histoire, la géographie et l’éducation civique à nos élèves de LP ?
-  Comment faire évoluer les pratiques en classe pour mettre les candidats en situation de réussir cette épreuve d’HGEC tout en les préparant efficacement à la Terminale Bac pro ?

Restez informé