Accueil  >  Bac Pro / BMA > La traite négrière rochelaise au XVIIIe siècle | Les Expositions Virtuelles de Fort Boyard

Rubrique Pistes pour enseigner

La traite négrière rochelaise au XVIIIe siècle | Les Expositions Virtuelles de Fort Boyard

Le 14 novembre 2013 - Sylvain Pérot

Une ressource qui pourrait se révélait très utile pour traiter le sujet 3 du programme de 2nde Bac Pro.

Information du portail national EDUSCOL :
http://eduscol.education.fr/histoire-geographie/actualites/actualites/article/la-traite-negriere-a-la-rochelle.html

Le département de Charente-Maritime expérimente une nouvelle forme de musée en ligne. Parmi les quatre premières web-expositions, les professeurs d’histoire-géographie pourront longuement utiliser « la traite négrière rochelaise au XVIIIe siècle, un commerce pour des gens ordinaire ».

Riche de plus d’une centaine de documents, extraits pour la plupart des archives départementales de Charentes Maritimes, l’exposition propose une plongée passionnante dans l’économie de la traite à partir d’exemples concrets de navires négriers.

Le parcours est organisé autour de thèmes que les enseignants pourront utiliser séparément ou dans l’ordre chronologique :

- Le port de la Rochelle et l’organisation du voyage (armateur, recrutement de l’équipage, armement du bateau)
- Le voyage
- Les côtes africaines et l’achat des esclaves
- La vie à bord de l’équipage et des captifs, es révoltes, les maladies, etc.
- La vente des esclaves à Saint Domingue
- Le retour et le bilan financier

Les champs d’exploitation pédagogiques sont multiples. Les enseignants pourront à loisir travailler sur le voyage d’un navire négrier, le Solide et son équipage mené par le capitaine Jean Ecubard ou faire analyser aux élèves quelques documents d’archives (les contrats d’engagements de capitaines par exemple), des graphiques sur la part du commerce négrier dans le commerce rochelais etc.

Ils pourront aussi proposer à leurs classe d’imaginer la rédaction du livre de bord d’un capitaine rochelais ou sa correspondance avec l’armateur, en respectant au plus près les données tirées des archives.

Consulter le site de l’exposition virtuelle

Restez informé